Coin lecture

Coin lecture – Hier encore c’était l’été, Julie de Lestrange

Découvert lors de l’une de mes virées habituelles entre les rayons livres de la Fnac, Hier encore c’était l’été m’avait tapé dans l’oeil par son résumé et particulièrement à travers la toute dernière phrase : « C’est surtout l’histoire de la vie et d’une bande d’amis dont on voudrait faire partie. »  J’ai par la suite eu l’occasion de l’avoir à Noël et je vous laisse découvrir mon avis sur l’histoire de cette grande famille.

Résumé

Alexandre, Marco, Sophie et les autres se connaissent depuis l’enfance. Ensemble ils sont nés, ensemble ils ont grandi, en toute insouciance. Mais lorsque la vie les prend au sortir de l’adolescence, la chute est brutale. En une décennie, cette jeunesse perdue mais pas désillusionnée va devoir apprendre à se battre pour exister. À travers les drames subsistent alors l’amitié, les fous-rires et les joies. Et l’amour, qui les sauvera.

Tendre portrait d’une génération, Hier encore c’était l’été est un roman résolument optimiste qui accroche le coeur pour ne plus le lâcher. C’est l’histoire de nos guerres quotidiennes, de nos victoires et de nos peines.

C’est surtout l’histoire de la vie et d’une bande d’amis dont on voudrait faire partie.

 

Ce que j’en pense ?

Découvrir l’histoire d’Alexandre et de ses meilleurs amis, c’est ouvrir un album photo sur plusieurs années. Avec un résumé si attirant, je m’étais mis en tête que le roman allait être génial. J’attendais beaucoup de cette lecture et j’avais réellement l’impression qu’il allait être facile de s’attacher à tous ces petits personnages. « Tout ces petits personnages » c’est bien le mot: il y en a beaucoup, peut-être trop. C’est à ce moment que l’on remercie le schéma des deux familles de l’histoire qui nous permet de nous retrouver tout au long de la lecture.

Concernant la mise en page du roman, il se compose de plusieurs petits chapitres ni trop longs, ni trop courts. Ce qui permet facilement de faire une pause, de lire un chapitre par ci et par là.

Néanmoins, certains passages sont longs et trop descriptif, ce qui laisse parfois, un léger goût amer d’ennui et d’attente. L’attente s’est produite simplement car j’attendais des rebondissement, de l’action, des retournements de situations alors que le livre suit calmement l’histoire de ces jeunes adultes.

Malgré tout, le roman met en lumière la vie réelle sans trop de faux semblants. Il met le doigts sur les hauts et les bas qui composent l’humanité: la vie, la mort, la joie, la tristesse, l’amour, l’amitié ainsi que la famille. Il est alors facile de s’identifier à plusieurs passages de l’histoire car chacun d’entre nous à forcément vécu l’une de ces émotions.

Lire cette histoire nous permet de voir les choses avec du recul. C’est en vivant la vie de ces personnages le temps d’une instant, que l’on se rend compte comme les choses peuvent changer d’un jour à l’autre, comme les choses peuvent basculer et nous transporter. On réalise également qu’il est important de profiter de chaque instant sans se soucier de ce qu’il pourrait arriver.

Lors de ma lecture, je suis tombée sur une citation que j’ai beaucoup aimé et je souhaitais la partager avec vous:

 » Car tout les opposait. Marie partageait un trois-pièces avec ses parents, quand il errait seul dans un immense appartement. Elle connaissait tous les plans gratuits de Paris et lui tous ceux qui s’achetaient. Elle était rive droite, il était rive gauche. Il était à droite, elle était à gauche. Elle était bohème, il était bourgeois. Et pourtant, au fond de lui, couvait cette certitude qu’il n’avait plus le choix, qu’il était ferré, et que, bon gré mal gré, contre vents et marées, il devait vivre quelque chose avec cette fille-là. »

À travers cette citation, on découvre un amour pur, un amour que tout oppose et qui pourtant semble évident. C’est ce que découvrira Alexandre, le personnage principal, à travers un nombre incalculable de péripéties et d’embûches qui nous feront à nous aussi, chavirer le coeur.

 

Cette histoire sincère, nous transporte à travers une réalité que chacun d’entre nous peut reconnaître. C’est une jolie « bande d’amis » que je vous conseille de découvrir car vous pourriez être touchés par la manière dont ces jeunes de 18 ans vont découvrir la vie adulte.

4 Comments

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :